Chasse : une réforme radicale s’impose
Partager

Se dire écologiste par voie de communication sans avoir, dans les actes, une attitude en cohérence est une stratégie à la mode, comme en témoigne la campagne de la fédération de chasseurs se revendiquant “premiers écologistes de France” (sic). Or, tuer des espèces menacées ou polluer la nature de plomb sont à l’opposé de pratiques écologiques.

Pour ces raisons, Europe Écologie – Les Verts (EELV) et sa Commission Condition Animale apportent leur soutien à la seconde édition du Rassemblement Unitaire contre la Chasse qui se déroulera ce samedi 5 octobre à Paris, en présence des porte-paroles nationaux d’EELV, Sandra Regol et Julien Bayou, de la conseillère régionale écologiste Annie Lahmer, du maire du 2e arrondissement Jacques Boutault, du président du groupe écologiste et candidat à la mairie de Paris David Belliard et de l’eurodéputée Marie Toussaint. 

Portée par l’association One Voice et soutenue par une quarantaine d’associations, cette initiative appelle à une réforme radicale de la chasse dans un contexte où, en Île-de-France comme partout en France, les chasseurs ne cessent de gagner en privilèges au détriment des animaux.

EELV appelle depuis plusieurs années à la mise en place de mesures législatives et réglementaires d’encadrement de la chasse. Le respect de la faune sauvage, de l’équilibre des écosystèmes naturels et de la liberté d’accès à la nature des citoyennes et citoyens sont au cœur des valeurs portées par le parti. 

Ainsi, les élu-es et militant-es écologistes se mobilisent pour l’abolition immédiate de la chasse à courre et l’interdiction des modes de chasse dits « traditionnels », qui sont en réalité des pratiques cruelles d’un autre âge,     comme le piégeage des grives à la glu, à la matole ou la capture des oiseaux à l’aide de filet ou collet ainsi que toute forme de déterrage et de piégeage. EELV souhaite également la fin de la chasse en enclos et qu’il soit interdit de chasser du gibier d’élevage pour en finir avec l’hypocrisie des prétendus « lâchers de repeuplement ». Ces animaux, acclimatés à l’être humain, n’ont rien à voir avec des animaux sauvage et sont juste des proies faciles. Cette interdiction devra s’accompagner d’un plan de reconversion des éleveurs de gibier.

Outre la méthode de chasse, il s’agit également de prendre en compte l’environnement, la biodiversité ainsi que caractère sensible des animaux sauvages. Pour cela, EELV prône l’interdiction de l’utilisation de munitions au plomb. À l’échelle de l’Europe, ce sont 14000 tonnes de plomb que la chasse laisse dans la terre. Une pollution dangereuse et qui accroît les risques de saturnisme. L’ANSES recommande d’ailleurs de ne pas dépasser la consommation de plus de trois grands gibiers par an, du fait de leur contamination au plomb.

EELV demande l’interdiction de la chasse des espèces menacées et la suppression du statut d’animaux “susceptibles d’occasionner des dégâts” (ex « nuisibles ») afin de reconsidérer le rôle écologique chaque espèce et de respecter les équilibres naturels, ferments de la biodiversité. Il est également nécessaire que les chasseurs soient dans l’obligation de transmettre leurs tableaux de chasse afin d’assurer un suivi des espèces chassées et des impacts sur la nature de ces chasses.

La France compte un peu plus d’un million de chasseurs mais surtout 15 millions de promeneurs. Or depuis l’an 2000 plus de 3000 accidents de chasse, dont 400 mortels, ont été recensés. Afin de que tout le monde puisse profiter d’un droit d’accès à la nature sans risque, EELV demande l’instauration a minima du dimanche sans chasse chaque semaine assortie de la création d’espaces forestiers sans chasse et de zones de tranquillité.

Laisser un commentaire