Assises de la Santé – Atelier 3
Partager

Atelier 2SommaireAtelier 4

Les 1000 premiers jours de la vie : quelles actions de prévention dans l’environnement pour préserver la santé du futur adulte ?

Animatrice :
Danielle PERSICO

Intervenant-e-s :
– Philippe PERRIN, formateur en santé – environnementale
– Véronique MOREIRA, Women in Europe for a commun future (WECF)
– Isabelle DEFAY, sage-femme

À propos…

Il est maintenant largement admis que la période périnatale et celle de la petite enfance représentent une fenêtre critique de vulnérabilité à l’environnement, parce que c’est la période au cours de laquelle le bébé se construit.

Un nombre croissant de preuves suggère que l’exposition in utero à des polluants environnementaux, une mauvaise alimentation ou le stress peuvent induire des changements épigénétiques qui affectent durablement l’expression des gènes qui sont essentiels à la fois pour le développement fœtal mais aussi pour les fonctions physiologiques de la vie future. De la même manière que les gènes nous sont transmis par nos parents, ces modifications épigénétiques durables peuvent se transmettre ensuite de génération en génération.

Face à l’épidémie mondiale des maladies non transmissibles (cancers, obésité, diabète, troubles de développement du cerveau de l’enfant, autisme, hyperactivité, troubles de l’attention) un changement de paradigme est nécessaire. Il s’agit de reconnaître que la préservation de la santé des adultes et des générations futures doit commencer dès la conception, pendant la grossesse, l’allaitement et se poursuivre au cours de la petite enfance.

Première partie : échange entre les participants sur ce que devrait être un environnement favorable pendant les mille premiers jours de la vie.

Un environnement favorable les mille premiers jours de vie c’est :

  • Une prise de conscience des parents qui n’ont pas forcement conscience de la problématique environnementale
  • Un environnement sain, prise de conscience du rôle du père sur la conscience environnementale
  • De la sécurité affective
  • De bonnes conditions de travail de la femme enceinte – en cas de travail de nuit notamment
  • Information et connaissance sur les polluants environnementaux (COV : Composés Organiques Volatils) et les alternatives : – produit ménagers – meubles – jouets – puériculture – alimentation : 80 % de la charge en perturbateurs endocriniens vient de l’alimentation – cosmétiques
  • Un encouragement à l’allaitement maternel
  • Une augmentation de la durée des congés maternités

Un environnement favorable les mille premiers jours de vie ce n’est pas :

  • Être en situation de stress de la femme enceinte
  • Surconsommer des médicaments : antalgiques, huiles essentielles…
  • L’injection de certains vaccins à cette période de grossesse (perturbateurs immunitaires pendant la grossesse)
  • Subir une exposition aux différents polluants et toxiques
    • Alimentation chimique , pesticides, métaux lourds
    • Peintures, vernis, colles…
    • Qualité de l’eau, de l’air
    • Tabac, Alcool, Drogue, Cannabis
    • Expositions aux ondes électromagnétiques
  • Habiter à côté d’une ligne THT
  • Être exposé à de la radioactivité chez les professionnelles de santé
  • Au niveau des avions, rayonnements cosmiques pour les personnels naviguant

Deuxième partie : Quelles propositions feriez-vous pour renforcer la prévention précoce des maladies chez les enfants et les futurs adultes ?

Compléments pour la carte graphique

1 – Organisation des politiques publiques :

  • Refonder les institutions : PMI, médecin du travail.
  • Se préoccuper des nouvelles maladies chroniques – notion de santé environnementale à rendre prépondérante dans la mise en place et l’évaluation des politiques sectorielles et des politiques de santé.

2 – Formation :

  • Formation initiale et continue des professionnels de santé, de la périnatalité, sur la santé environnementale, modules de formation Santé Environnement (éco-conception notamment) pour les professionnels du design, du bâtiment, ceux qui dessinent les outils du quotidien.

3 – Consultations pré-conceptionnelles…
…effectuées par des professionnels formés à la Santé Environnement dès l’arrêt de la contraception et le désir d’enfant.

4 – Information :

  • Sensibiliser de façon pratique les citoyens sur le sujet Santé environnement : alimentation, air, eau… Information indépendante des lobbies.
  • Pousser les industriels à la substitution des polluants

5 – Éducation

  • Éducation à la diététique  »manger juste » ?
  • Formation des professeurs des écoles, travailler dans l’école avec l’intervention de spécialistes  »Diététique  »
  • Mettre en place le Bac primeur que l’on passe au collège avec une épreuve obligatoire

6 – Connaissance :

  • Permettre l’accès aux médecines alternatives et complémentaires

7 – Action de sensibilisation à l’allaitement maternel

8 – Accompagnement…
…dès le début de grossesse des personnes en difficultés sociale, économique, psychologique

Les intervenants ont amené leur expertise dans les échanges, ont précisé que la prévention s’effectue à plusieurs niveaux.

Au niveau individuel :

Le changement de comportement est possible si les futurs parents et les femmes enceintes sont informés sur les substances toxiques et connaissent les alternatives ainsi que la réglementation. [Véronique Moreira] a rappelé que l’association WECF a mis en place des ateliers Nesting pour permettre aux futurs parents ou parents de connaître et prévenir les risques de l’environnement domestique sur la santé de leurs enfants. www.projetnesting.fr

[Isabelle Defay] a présenté quelques alternatives aux produits ménagers toxiques.

[Philippe Perrin] a précisé les effets cocktail des différents produits et médicaments absorbés pendant la grossesse.

Sur le plan collectif :

La prévention repose sur le changement de notre système de santé qui doit être refondé et organisé pour mettre l’accent sur la protection de périodes très sensibles, en particulier la période des mille jours. Notre système de santé s’est construit à partir du soin. De grands progrès ont été réalisés, mais les institutions doivent être repensées autour de cet enjeu : comment faire face aux épidémies actuelles ? Les causes de cette épidémie de maladies chroniques (diabète, obésité, cancer, troubles neuro-développementaux…) ne sont pas recherchées, elles ont pour nombre d’entre elles leur origine dans la première partie de notre vie et pourraient être évitées en agissant sur l’environnement, l’éducation, la formation.

Nos propositions :

Cliquez pour agrandir

Atelier 2SommaireAtelier 4

 

Laisser un commentaire